Les garçons d’abord

Dans le nid, les oisillons ne sont pas nécessairement tous égaux, certains étant nourris plus fréquemment que d’autres.

Chez quelques espèces d’oiseaux tel que le grand corbeau, cette inégalité persiste même quand les jeunes ont quitté le nid. C’est ce que révèle une étude récente d’une équipe de chercheurs européenne qui a observé les interactions de six couples nicheurs de corbeaux avec leur progéniture après que celle-ci soit partie de la demeure natale. Les observations démontrent que si la mère s’occupe de façon équitable de ses descendants mâles et femelles, le père favorise les mâles, et davantage celui à la masse corporelle la plus élevée. Les scientifiques expliquent cette différence par le fait que les mâles, lorsqu’ils délaissent leurs parents, doivent se tailler une place dans une volée de corbeaux avoisinante, les plus gros étant dès lors avantagés. De leur côté, les jeunes femelles réussissent à joindre ces groupes sans trop d’encombres, peu importe leur poids, celui-ci ne conférant de bénéfices que trois ans plus tard, au moment où elles sont prêtes à s’accoupler. Des études futures consisteront en un suivi à long terme d’individus tout au long du stade non reproducteur et jusqu’à la première saison de reproduction, afin de mieux comprendre les conséquences des soins parentaux d’origine.

Source : Animal Behaviour, novembre 2021

Crédit photo: Dreamstime