Les p’tits fruits du Nord

Oui, le climat de l’Arctique se réchauffe plus vite qu’ailleurs au pays, mais ce n’est pas demain la veille qu’on y verra des pommiers.

Par contre y prospèrent les arbustes à baies, une denrée précieuse pour les humains et les animaux. Si beaucoup reste à découvrir sur les facteurs environnementaux qui déterminent la productivité en fruits de ces végétaux, des chercheurs à Terre- Neuve, au Québec et en Colombie-Britannique viennent d’enrichir les connaissances sur le sujet. En mesurant le rendement de trois espèces d’arbustes à baies — la camarine noire, l’airelle des marécages et l’airelle rouge — dans le nord du Labrador, du Nunavik, du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest, les scientifiques ont dégagé des tendances générales. En moyenne, la productivité de la camarine noire et de l’airelle des marécages est plus abondante près de la limite nord de leur aire de répartition. Le début de la saison de croissance et la disponibilité en eau sont les variables climatiques expliquant le mieux le rendement de l’airelle des marécages dans les sites du Haut-Arctique; toutefois, aucune de ces variables ne semble liée à celui de la camarine noire et de l’airelle rouge. Les scientifiques soulignent l’importance de poursuivre, en collaboration avec les communautés nordiques, les recherches afin d’élucider les paramètres qui échappent encore à la compréhension.

Source : Science arctique, août 2020

Crédit photo: Wikimedia Commons