Nouvelles


Un gros bec

À l’origine natif de l’Afrique du Nord et de l’Eurasie, l’étourneau sansonnet a été introduit à New York en 1890. On estime actuellement ses effectifs nord-américains à 90 millions d’individus et, mondialement, à 1,3 milliard. Si cela en fait un des oiseaux parmi les plus envahissants, il représente néanmoins un modèle ... Afficher plus...

En direct d’un caribou

Les caribous migrateurs se déplacent sur de vastes distances durant leur cycle de vie, traversant divers milieux au cours de leur périple. Ces mouvements sont bien caractérisés à grande échelle, mais peu d’information est disponible quant à la description plus finement détaillée des habitats et des ressources alimentaires ... Afficher plus...

Moi, coq

Reconnaître son image dans un miroir est considéré comme le signe d’une conscience de soi. Les primates et quelques autres espèces, tels le grand dauphin, l’éléphant d’Asie et la pie bavarde, réussissent ce test car ils tentent de toucher sur leur corps un marqueur qui n’est visible que par le biais de leur réflexion. Or, ... Afficher plus...

Les forêts, aujourd’hui et demain

Le feuillage des arbres joue un rôle de premier plan dans le transfert du carbone par le biais de la photosynthèse, de la respiration et de la défoliation saisonnière. S’il ne fait aucun doute que le changement climatique affecte la dynamique des forêts partout sur la planète, les facteurs qui déterminent la répartition spatiale ... Afficher plus...

Des balanes à la rescousse

Le 8 mars 2014, un avion de ligne malaisien disparaissait en mer à l’ouest de l’Australie sans qu’on puisse, à ce jour, le retrouver. Un fragment d’aile s’étant échoué, 17 mois plus tard, sur l’île de la Réunion, différents modèles de courants marins ont été consultés dans l’espoir d’estimer le site d’écras... Afficher plus...

Comment s’est passé l’hiver?

Les oiseaux qui migrent sur de vastes distances sont soumis aux aléas rencontrés sur leurs sites d’hivernage et lors du long retour vers les territoires nordiques de reproduction. Ces défis ont-ils une incidence sur leur aptitude à se reproduire ou celle-ci dépend-elle uniquement de la disponibilité en nourriture dans la zone de ... Afficher plus...

Détecteurs de courant d’air

La face de nombreux mammifères arbore de longs poils rigides; les moustaches du chat en sont un exemple familier. Dans l’obscurité, ces poils s’avèrent utiles pour la détection d’obstacles. Or ces vibrisses ont-elles toutes la même fonction tactile? S’inspirant des insectes chez qui les antennes, en plus des odeurs, détectent ... Afficher plus...

Qui dort­…est servi au dîner

Le sommeil rend les proies vulnérables aux prédateurs nocturnes. Chez les insectes, la fraîcheur de la nuit amplifie la torpeur, et ce n’est souvent que sous le soleil matinal qu’ils s’animent enfin. Cette apathie donne aux photographes la chance de tirer de superbes clichés. Or, les chasseurs d’images ne sont pas les seuls à ... Afficher plus...

Semer le bon grain

C’est connu: les oiseaux frugivores contribuent, grâce à leurs fientes, à la dispersion des graines de nombreux végétaux. Également démontré scientifiquement est l’effet de la scarification que subissent certaines graines lors du passage dans le système digestif aviaire et qui augmente leur perméabilité à l’eau et aux ... Afficher plus...

Enfin du bison au menu!

Les bisons de populations établies depuis des millénaires, comme ceux du parc national Wood Buffalo, dans le nord de l’Alberta, sont parfaitement intégrés à la chaîne alimentaire et constituent une source importante de nourriture pour les loups. Or qu’en est-il des populations réintroduites durant les années 1970 à 1990 sur ... Afficher plus...