Almanach


Le faucon émerillon en plein essor

D'un battement d'ailes bref mais continu, le faucon émerillon pourchasse un passereau puis l’attrape au vol, entre ses serres. Il se perche en haut d’un arbre et appelle sa congénère d’un fort ki-ki-ki-ki-kee afin de lui remettre sa prise. Celle-ci quitte l’ancien nid de corneille où trois oisillons affamés attendent son retour. ... Afficher plus...

«Cochon de mer»… Quel surnom pour un marsouin!

Pfft ! Un souffle de marsouin commun attire l’attention. On peut, dès le début de l’été, observer la courte nageoire triangulaire de ce petit cétacé dans les eaux de l’estuaire du Saint-Laurent. Les femelles gestantes mettent bas en juin et profitent de l’abondance de poissons pour produire un lait riche en gras. Elles allaitent ... Afficher plus...

Belle fleur mais bulbe toxique!

C’est la saison des tulipes! Elles sont en fleur depuis une quinzaine de jours et certaines variétés tardives le seront jusque tard au printemps. On trouve les tulipes à l’état sauvage en Eurasie et en Afrique du Nord, de la Russie jusqu’au nord-ouest de la Chine en passant par la Turquie, la Syrie, l’Azerbaïdjan, le sud de la ... Afficher plus...

Couleur naturelle?

Le ganoderme de la pruche attire l'attention avec son chapeau verni teinté d’orange, de jaune ou de rouge foncé. Ce polypore pousse sur le tronc ou les racines des conifères, préférablement la pruche ou le sapin. Rattaché par un pied sur le côté, le chapeau évoque une grosse fève et s’étale sur 5 à 30 cm. Le dessous blanchâ... Afficher plus...

Bouquet printanier

À l’instar de maintes plantes de sous-bois, certains arbustes forestiers comme le sureau rouge fleurissent tôt au printemps. Ses grappes de fleurs couleur crème éclosent dès la dernière semaine d’avril. Elles précèdent l’apparition des feuilles qui déploient leurs trois à sept folioles alors que les petits fruits mûrissent. ... Afficher plus...

Neige vivante

Au terme de l’hiver, la neige perd sa blancheur et se constelle de fines particules, miettes de feuilles et autres débris. En s’attardant, on remarque parfois une multitude de petits grains sombres qui s’agitent. Ce sont des puces de neige, minuscules arthropodes de la classe des collemboles, autrefois considérées insectes primitifs. ... Afficher plus...

De la visite rare

Tirouli, tirouli, tirouli ! Le troglodyte de Caroline mâle chante fort et répète inlassablement sa ritournelle, question de bien défendre son territoire. Ce gros troglodyte, habitué du sud-est des États-Unis, s’aventure de plus en plus vers le nord, depuis quelques dizaines d’années. Des observateurs le surprennent surtout en ... Afficher plus...

Ah! comme la neige a neigé!

Émile Nelligan avait bien raison! Il y a des hivers qui sont plus froids et plus neigeux que d'autres. Le mois de janvier 2019, notamment, a été particulièrement glacial et riche en précipitations floconneuses - mais parfois également verglaçantes - dans plusieurs régions du Québec. On ne peut que compatir avec les passereaux qui ... Afficher plus...

Feuillage hivernal

Le vent fait bruisser les feuilles craquantes qui persistent sur certains arbres. Ceux-ci auraient-ils oublié de se débarrasser de leur feuillage avant l’hiver ? La persistance de feuilles mortes pendant la saison de dormance se nomme marcescence. Elle semble plus marquée après des automnes chauds et chez les jeunes individus. Les ... Afficher plus...

Mais où est donc ce grimpereau?

Sauriez-vous repérer le grimpereau brun sur ce tronc d'arbre? Son plumage le camoufle à merveille mais pourtant il est là, inspectant avec son bec fortement courbé les interstices à la recherche de menus insectes qui se cachent dans l'écorce. Il commence d'ordinaire par le bas de l'arbre et monte à petits coups en spirale. Lorsqu'il ... Afficher plus...