Almanach


Petits gloutons

Des pistes convergent vers un tunnel sous la neige. Celui-ci mène à une tanière au creux d’une cavité rocheuse abritant trois carcajous nouveau-nés. Mythique mustélidé à l’allure de petit ours, le carcajou est considéré comme menacé au Québec. De rares observations permettent de croire que ce prédateur discret subsiste à ... Afficher plus...

Fruit amer

Des baies rouges semblables à de petites tomates pendouillent d’un enchevêtrement de tiges séchées de morelle douce-amère. De nature rampante et grimpante, cette plante s’accroche aux clôtures, arbustes ou rochers au cours de sa croissance. Ses fleurs mauves, aux pétales recourbés, affichent un coeur jaune d’étamines ... Afficher plus...

Surprise aux mangeoires

Pur plaisir pour les yeux, le va-et-vient des oiseaux aux mangeoires nous permet de contempler la faune ailée de plus près. Tiens, voilà un intrus qui s’impose parmi les mésanges à tête noire, chardonnerets et autres habitués. Huppe grise bien dressée sur la tête, la mésange bicolore saisit une graine de tournesol, puis file la ... Afficher plus...

Vert éternel

Les conifères ne sont pas seuls à conserver leur feuillage en hiver. Des colonies de mitchella rampant, ou pain de perdrix, étalent leur verdure au ras des sous-bois de l’est de l’Amérique du Nord peu importe la saison. Le vert brillant des paires de feuilles arrondies, marquées d’une nervure centrale pâle, capte le regard dans ... Afficher plus...

Cocos dans les cailloux

Les profondeurs d’un lac aux eaux froides, claires et bien oxygénées, un touladi engloutit un poisson, mets de choix pour ce salmonidé à la croissance lente. En automne, avec le refroidissement de l’eau de surface, les touladis, ou truites grises, remontent pour trouver des sites de frai dans des hauts-fonds rocheux ou rocailleux. ... Afficher plus...

Fruits attirants

Quelques baies bleu-noir couronnent l’extrémité d’une plante établie à l’ombre des grands arbres d’une érablière. Ce sont des fruits de médéole de Virginie, une vivace au feuillage verticillé, un terme qui signifie que le feuillage est disposé au même niveau autour de la tige, et sur deux étages dans le cas présent. La ... Afficher plus...

Un acrobate nocturne

La nuit tombe dans une forêt de conifères. Blotti au creux d’un arbre, un rongeur de la taille d’un écureuil roux se réveille, prêt à entreprendre ses activités. Le grand polatouche s’élance du haut d’une branche et plane jusqu’au sol, porté par la membrane tendue entre ses pattes et gouverné par sa queue aplatie. ... Afficher plus...

Se chauffer la couenne

Pendant la saison estivale, quelques plages et îlots rocheux de l’Arctique et du Grand Nord québécois accueillent des hordes de centaines de visiteurs affublés de longues défenses d’ivoire. En l’absence de glace, les morses s’y entassent pour muer, même si ces poids lourds ne sont pas très velus. Leur peau porte de courts ... Afficher plus...

Robuste punaise

En été, le plus gros insecte aquatique du Québec, le léthocère d’Amérique, prend son envol pour quitter étangs et bords de lacs dans le but de s’accoupler ou de dénicher de nouveaux territoires de pêche. Voilà qui explique la présence occasionnelle de cette punaise d’eau géante de 6 cm sur une pelouse ou sur l’asphalte. ... Afficher plus...

Pas tous orange, les cônes

Le mélèze laricin se démarque des autres conifères d’Amérique du Nord par la perte annuelle de tout son feuillage. Chaque printemps, ses branches se garnissent à nouveau de faisceaux de 15 à 60 aiguilles souples, d’un vert pâle bleuté. Les mélèzes matures, âgés de plus de dix ans, produisent ensuite des fleurs mâles ... Afficher plus...