Almanach


Mignons loutrons

Dès mars, les loutres femelles donnent naissance à deux ou trois loutrons dans une tanière tapissée de végétation sèche. Les nouveau-nés, à peine couverts de fins poils, viennent au monde aveugles et sans dents. Ils ouvrent les yeux au bout de quatre semaines, jetant un regard initial sur leur univers, avant d’y plonger réell... Afficher plus...

Chapeaux de bouleaux

Telles de petites tablettes, de coriaces champignons font saillie le long du tronc d’un arbre. Ces polypores du bouleau s’installent uniquement sur les bouleaux dépérissants ou morts de l’hémisphère Nord. Le mycélium, invisible à nos yeux, décompose la cellulose du bois, générant une pourriture brune formée de lignine. Les ... Afficher plus...

Glaçon versicolore

Sous nos latitudes, les grenouilles s’enfouissent au fond de l’eau afin d’hiberner à l’abri du gel. Toutes? Non, certaines, comme la rainette versicolore, hibernent sous la litière forestière enneigée, une couverture sous laquelle elles tolèrent la congélation. Soumise au froid, la rainette produit du glycérol, un antigel ... Afficher plus...

Sombre mycose

Les branches dénudées des cerisiers et pruniers sauvages exhibent quelquefois d’épaisses excroissances noires qui ressemblent à du charbon. Ces masses dures et craquelées, les nodules noirs, sont causées par une infection mycologique. Le responsable est un minuscule champignon, Dibotryon morbosum, un ascomycète dont font aussi ... Afficher plus...

Buffet à volonté

Symbole aviaire de notre voisin du sud, le pygargue à tête blanche survole aussi les grands espaces canadiens. L’espèce s’établit surtout sur les côtes ou près de vastes lacs pour pêcher ou chiper poissons, oiseaux aquatiques et autres prises. En hiver, des centaines, voire des milliers de pygargues se rassemblent au bord des ... Afficher plus...

Fruits boréaux

Quel est cet arbuste à l’écorce lisse qui arbore des «cocottes»? Il s’agit de l’aulne crispé, un membre de la famille des bouleaux. Ses fruits arrondis sont formés d’écailles qui recouvrent une nucule — une petite noix enrobant une graine ailée — nichée au creux de chaque aisselle. Les cônes persistent toute la saison ... Afficher plus...

Avoir du panache

Les rassemblements de caribous annoncent la période de rut automnal qui culmine en novembre. Les géniteurs réunissent des harems de 10 à 15 femelles qu’ils défendent ardemment. Agressifs, les mâles se toisent et s’affrontent, entrechoquant leurs bois. La grosseur des panaches prédit généralement l’issue des altercations. Chez ... Afficher plus...

Destination soleil

Depuis la fin des années 1970, les urubus à tête rouge se sont imposés dans le ciel québécois, étendant progressivement leur aire de répartition vers le nord. Ces oiseaux charognards, à l’imposante envergure de 1,8 m, profitent des courants d’air chaud ascendants pour s’élever en spirale presque sans effort. Grâce à leurs ... Afficher plus...

Mélèze au menu

Solidement perché sur une branche, un tétras du Canada dévore des aiguilles de mélèze laricin. Cet oiseau, apparenté à la gélinotte huppée, réside à longueur d’année en forêt boréale. Il y trouve feuilles, fruits, champignons et insectes afin de se nourrir en été et une source inépuisable d’aiguilles de conifères en ... Afficher plus...

Une histoire de pêche

La pêche à l’anguille est pratiquée depuis des siècles dans le fleuve Saint-Laurent. Son abondance et ses qualités nutritionnelles faisaient de ce poisson une ressource essentielle pour les peuples autochtones dans le contexte des rudes hivers canadiens. En effet, sa chair pouvait être conservée plusieurs mois après l’avoir ... Afficher plus...