Almanach


Serpent d’eau et serpenteaux

Immobile sur un tronc dans l’eau, une grosse couleuvre se prélasse au soleil. Cette femelle couleuvre d’eau d’une longueur excédant 1 m est courtisée par un mâle qui s’approche. Celui-ci démontre son intérêt en donnant de légers coups de tête sur le corps de son éventuelle partenaire. La femelle accepte qu’il s’enro... Afficher plus...

Ça roule

La fonte des glaces dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent annonce l’arrivée des bancs de capelans. Des centaines de milliers de petits poissons élancés se dirigent vers les rivages pour y frayer. Ils se rejoignent sur les plages, mâles d’abord, puis femelles, et y déposent oeufs et laitance, préférablement de nuit. ... Afficher plus...

Fleur éphémère

Une nouvelle pousse naît à travers la litière d’une érablière du sud du Québec. La fleur solitaire de la sanguinaire du Canada apparaît, enveloppée d’une large feuille qui se déroule et expose ses multiples lobes. De huit à seize pétales blancs entourent des étamines d’un jaune vif. Les abeilles en récoltent le pollen, ... Afficher plus...

Le retour du roi

Tsi, tsi, tsi… Le son est si aigu qu’il échappe à certaines oreilles. Il trahit la présence d’un minuscule oiseau verdâtre, le roitelet à couronne dorée. La calotte royale est jaune chez la femelle, et orangée avec bordure jaune chez le mâle. Migrateurs hâtifs de passage, les roitelets arrivent des États-Unis, quoique certains ... Afficher plus...

Capsules de fougères

À travers les plaques de neige fondue pointent des tiges rigides portant des dizaines de minuscules perles brunes. Ce sont les frondes fertiles de l’onoclée sensible, une fougère assez répandue qui forme des colonies dans les milieux humides forestiers et au bord des cours d’eau. La fougère est dite sensible, car ses frondes ... Afficher plus...

Brève réceptivité

Cris stridents et tambourinage, le message de l’écureuil roux agitant frénétiquement sa queue est clair: ouste aux intrus! Ce petit mammifère arboricole, actif à l’année, surveille jalousement son territoire et ses réserves de nourriture, le pillage étant chose commune. Ce n’est que lors de leurs chaleurs en fin d’hiver que ... Afficher plus...

Du poivre sur la neige

Au terme de l’hiver, la neige perd sa blancheur et se constelle de fines particules, miettes de feuilles et autres débris. En s’attardant, on remarque parfois une multitude de petits grains sombres qui s’agitent. Ce sont des puces des neiges, minuscules arthropodes de la classe des collemboles, autrefois considérées insectes ... Afficher plus...

Bonne fête de la marmotte!

Le début du mois de février marque le jour de la marmotte. Cette croyance folklorique, devenue une raison de plus pour célébrer durant la froidure de la saison, se résume de la façon suivante: si la marmotte sort de son terrier et qu'elle aperçoit son ombre, elle replongera précipitamment dans son gîte, annonçant qu'il reste encore ... Afficher plus...

Chouette visiteur

Une toute petite chouette d’à peine 25 cm, la nyctale de Tengmalm, somnole sur une branche dans la région de Montréal. L’oiseau au bec pâle expose son front moucheté de taches blanches et son disque facial cerné de plumes sombres. Ce nicheur sédentaire de la forêt boréale s’est aventuré en dehors de son habitat, probablement ... Afficher plus...

Sans panache

L’orignal mâle est coiffé d’une lourde couronne pesant jusqu’à 35 kg. Des épaules musclées, responsables de son allure bossue, l’aident à supporter le poids de cet organe osseux. Les bois tombent en hiver, dès décembre chez les gros mâles. Un gros panache est signe de vigueur et de santé, des attributs irrésistibles aux ... Afficher plus...