Garde-manger immergé

C’est l’automne, les familles de castors s’activent en prévision de l’hiver.

Il y a du pain sur la planche : réparations de hutte, consolidation de barrages et accumulation de nourriture. Le régime hivernal se compose d’écorces et de ramilles engrangées sous l’eau, parfois agrémenté de racines de plantes aquatiques. La glace limite les déplacements du castor, d’où l’ingéniosité d’installer un garde-manger immergé à proximité de sa demeure. Toute la colonie participe à la formation d’un genre de radeau touffu constitué de troncs et de branches écorcées d’espèces peu intéressantes à consommer. Puis, au-dessous, les castors emmagasinent rameaux et branches de leurs essences préférées en les piquant solidement au fond de l’eau. En hiver, quelques branches émergent de la structure englacée sans révéler les allées et venues des castors qui débitent des tronçons à déguster au sec, dans leur hutte.

Crédit photo: Adobe Stock