Habile tisserande

Le chant flûté et gai d’un oiseau mâle éveille l’attention, tout comme sa livrée d’un orange éclatant contrastant avec sa cagoule noire.

Après un hiver dans les chaudes contrées du sud, l’oriole de Baltimore s’apprête à nicher en Amérique du Nord. La femelle fabrique un nid remarquable — en forme de poche suspendue — subtilement camouflé dans le feuillage. Elle le tisse à l’aide de fibres végétales, ficelles et filaments qui le rendent extrêmement robuste. L’espèce avait l’habitude de s’établir dans les hautes branches des majestueux ormes champêtres, aujourd’hui presque tous disparus. Elle a adopté d’autres grands arbres pour y élever ses quatre ou cinq oisillons annuels.

Crédit photo: Adobe Stock