Du Saint-Laurent aux Caraïbes

Difficile de ne pas être ébloui par les prouesses aériennes à couper le souffle du rorqual à bosse.

L’été, ce cétacé se gave dans le golfe et l’estuaire du Saint-Laurent, où petits poissons et zooplancton abondent. Cette baleine spectaculaire montre toujours sa queue lors des plongées. Chaque individu en révèle alors le motif unique de la face ventrale, blanc sur fond noir. Les scientifiques compilent des photos de ces motifs pour reconnaître les baleines et suivre leurs déplacements. Dès octobre, les rorquals à bosse entreprennent leur migration, seuls ou en petits groupes, qui les mènera 5500 km plus au sud, dans la mer des Caraïbes.

Dans ces eaux chaudes, l’appétit devient sexuel. Les mâles entonnent leurs chants énigmatiques, communiquant leurs poèmes séducteurs. L’appétit pour les poissons attendra quelques mois, après le retour vers les aires d’alimentation du nord.

Crédit photo: Wikimedia Commons